Assalam.forumactif.org
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Tronc commun (2012-2013) photo souvenir
Ven 12 Juin - 3:30 par Admin

» Le mois sacré(RAMADAN 2013)
Dim 7 Juil - 4:10 par Admin

» Grande soirée à Madaris Assalam
Sam 6 Juil - 17:32 par Admin

» Des photos encore des photos(Festival des sciences)
Jeu 4 Juil - 4:58 par Admin

» Matinée aux couleurs de l Afrique
Ven 28 Juin - 12:01 par Admin

» Résultat Bac 2013
Jeu 27 Juin - 12:09 par Admin

» FESTIVAL des SCIENCES
Sam 22 Juin - 11:09 par Admin

» Projet "VICTOR HUGO"
Jeu 20 Juin - 12:06 par Admin

» Résultat 1ère année bac
Ven 13 Juil - 8:28 par M.Iliass.B

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland


Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier


jeunes écrivains.....en herbe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

jeunes écrivains.....en herbe.

Message par Admin le Sam 14 Mar - 8:44

Écrivains en herbe à vos plumes.

Admin
Admin

Messages : 345
Date d'inscription : 12/03/2009
Localisation : Lot.Mouline.Souissi.Rabat

Voir le profil de l'utilisateur http://assalam.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: jeunes écrivains.....en herbe.

Message par Mlle.Mii le Dim 29 Mar - 11:10

Je vais commencer par poster cette petite histoire fantastique que j'ai écrite il y a plutôt longtemps, au moment ou nous étudiions les histoires fantastiques en classe... J'espère que vous aimerez. Wink

Une aventure invraisemblable
[b]

Ce matin là, en prenant le bus, Mr Lemercier ne se doutait pas des événements incroyables qui l'attendaient dans la journée. Comme au quotidien, il s'était réveillé à huit heures du matin, avait déjeuné d'un bol de café et de tartines beurrées, puis s'était brossé les dents avant de s'habiller. En sortant, il récupéra le journal quotidien, posé sur le perron de sa petite mais luxueuse villa. Le bus arrivait à neuf heures dix précise, Mr Lemercier était déjà en retard, mais il ne s'en inquiétait pas. Dans son travail d'agent immobilier, il avait une règle d'Or: "On peut tout se faire pardonner par la parole." Donc, se faire excuser d'un retard d'un quart d'heure serait un jeu d'enfant.
Aujourd'hui, il avait une maison à faire visiter à une jeune cliente qui voulait emménager dans les environs. Ils avaient rendez-vous devant la maison, et il n'avait aucune envie de passer à l'agence avant de la rejoindre, d'ailleurs, un temps pareil, loin d'être idéal, n'encourageait pas à grand chose: le ciel était sombre et obscurci de nuages menaçants et aussi chargés de pluie que pouvaient l'être des nuages. Un gros orage n'allait visiblement pas tarder à éclater. Aussi, il irait directement faire visiter la maison à sa cliente potentielle.
La jeune femme l'attendait de pied ferme près de l'arrêt de bus, mais était si impatiente qu'elle oublia de lui demander les raisons de son retard. Cela s'annonçait bien, pensa t-il. Ils entrèrent dans la maison, qui était une maison indépendante, non mitoyenne avec les autres. La jeune femme semblait apprécier l'architecture intérieure des pièces, et Mr Lemercier pensa que c'était le moment parfait pour débiter son baratin habituel sur les assurances, les contrats et les valeurs à la revente, en arborant un de ses sourires magistral. Elle semblait satisfaite jusqu'à ce qu'un bruit étrange se fasse entendre à l'étage. Cela lui fit froncer les sourcils et elle demanda quelle était la source de ce bruit. Mr. Lemercier s'empressa de la rassurer, en pensant intérieurement qu'il devait absolument trouver une solution à ce qu'il pensait être des problèmes de canalisations...Mais il se trompait.
Il monta à l'étage, laissant sa jeune cliente en bas: car il lui avait assuré que cela serait vite réglé et lui avait proposé de visiter la cuisine, la salle de bain et d'examiner la cheminée. A l'étage, il y avait des chambres à coucher, et le bruit semblait provenir de celle d'extrême gauche. Il y entra en observant le plafond pour essayer de discerner l’endroit d’où provenait le bruit. Tout se passa très vite: il se sentit basculer dans le vide, la porte claqua si fort en se fermant qu’elle sembla sortir de ses gonds, tout devint sombre et il entendit des cris désespérés et sentit des mains qui l’agrippaient. Mr. Lemercier était au comble de la panique, il aperçut des lueurs rougeâtres dans le noir total, et sentit un sol froid et humide sous lui. Tout s’était arrêté, les cris, les mains, et il aperçut une sortie au loin, d’où s’infiltrait la lumière rouge. Il y courut, trébuchant et désemparé, mais arrivé jusqu’au bout, il se rendit compte qu’en bas, c’était un cratère volcanique, où la lave s’écoulait patiemment, dans l’attente d’une victime à consumer. Il recula et se sauva d’une mort certaine in extrémis, juste avant que l’endroit où il se tenait quelques secondes auparavant ne s’écroule. Il se retourna, en sueur, les cheveux ébouriffés, les yeux exorbités, la transpiration perlant sur son front ridé de terreur, son costume hors de prix plein de boue et de poussière. Il ne comprenait plus rien ! L’espace obscur dans lequel il était tombé s’était transformé en un couloir étroit éclairé par des chandelles anciennes. Il y avait une rangée de portes à droite et à gauche, qui semblaient s’étendre indéfiniment. Il devait essayer de s’échapper de cet enfer, mais comment ?...Sa seule chance était d’ouvrir les portes…mais qui sait ce qu’elles lui réservaient ? Il n’avait pas le choix de toute façon :il se dirigea vers la première porte et l’ouvrit prudemment. Des centaines d’araignées, de serpents et de bêtes immondes voulurent se jeter sur lui, mais il la referma à temps. Une autre porte, vite, il l’ouvrit et un blizzard intense s’engouffra dans le couloir, il voyait une neige épaisse et entendait le souffle du vent, on jurerait que c’était le pôle nord. Désespéré, il referma la porte, ça y est, c’était la fin, il allait mourir, mourir seul, sans personne pour le pleurer et dans un autre monde…toute sa vie, qui lui semblait à présent misérable, défila devant lui…il commençait même à entendre des voix…une femme, la voix d’une femme… « Monsieur, ça va ? Vous êtes tombé sur la tête, j’ai entendu un grand bruit alors que j’étais en bas… vous…vous voulez que j’appelle une ambulance ?


Fin


Je suis prête à recevoir vos commentaires, aussi peu flatteurs soient-ils! Razz
Si vous repérez une faute, d'orthographe, d'expression, ou si vous ne comprenez pas une partie de l'histoire, dites le moi, je veillerai à corriger! Wink


Dernière édition par Mlle.Mii le Dim 29 Mar - 12:39, édité 2 fois

Mlle.Mii

Messages : 28
Date d'inscription : 20/03/2009
Age : 21

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: jeunes écrivains.....en herbe.

Message par Admin le Dim 29 Mar - 12:10

Mlle.Mii a écrit:Je vais commencer par poster cette petite histoire fantastique que j'ai écrit il y a plutôt longtemps, au moment ou nous étudiions les histoires fantastiques en classe... J'espère que vous aimerez. Wink

Une aventure invraisemblable
[b]

Ce matin là, en prenant le bus, Mr Lemercier ne se doutait pas des événements incroyables qui l'attendaient dans la journée. Comme au quotidien, il s'était réveillé à 8 heures du matin, avait déjeuné d'un bol de café et de tartines beurrées, puis s'était brossé les dents avant de s'habiller. En sortant, il récupéra le journal quotidien, posé sur le perron de sa petite mais luxueuse villa. Le bus arrivait à neuf heures dix précise, Mr Lemercier était déjà en retard, mais il ne s'en inquiétait pas. Dans son travail d'agent immobilier, il avait une règle d'Or: "On peut tout se faire pardonner par la parole." Donc, se faire excuser d'un retard d'un quart d'heure serait un jeu d'enfant.
Aujourd'hui, il avait une maison à faire visiter à une jeune cliente qui voulait emménager dans les environs. Ils avaient rendez-vous devant la maison, et il n'avait aucune envie de passer à l'agence avant de la rejoindre, d'ailleurs, un temps pareil, loin d'être idéal, n'encourageait pas à grand chose: le ciel était sombre et obscurci de nuages menaçants et aussi chargés de pluie que pouvaient l'être des nuages. Un gros orage n'allait visiblement pas tarder à éclater. Aussi, il irait directement faire visiter la maison à sa cliente potentielle.
La jeune femme l'attendait de pied ferme près de l'arrêt de bus, mais était si impatiente qu'elle en oublia de lui demander les raisons de son retard. Cela s'annonçait bien, pensa t-il. Il entrèrent dans la maison, qui était une maison indépendante, non mitoyenne avec les autres. La jeune femme semblait apprécier l'architecture intérieure des pièces, et Mr Lemercier pensa que c'était le moment parfait pour débiter son baratin habituel sur les assurances, les contrats et les valeurs à la revente, en arborant un de ses sourires magistral. Elle semblait satisfaite jusqu'à ce qu'un bruit étrange se fasse entendre à l'étage. Cela lui fit froncer les sourcils et elle demanda quelle était la source de ce bruit. Mr. Lemercier s'empressa de la rassurer, en pensant intérieurement qu'il devait absolument trouver une solution à ce qu'il pensait être des problèmes de canalisations...Mais il se trompait.
Il monta à l'étage, laissant sa jeune cliente en bas: car il lui avait assuré que cela serait vite réglé et lui avait proposé de visiter la cuisine, la salle de bain et d'examiner la cheminée. A l'étage, il y avait des chambres à coucher, et le bruit semblait provenir de celle d'extrême gauche. Il y entra en observant le plafond pour essayer de discerner l’endroit d’où provenait le bruit. Tout se passa très vite: il se sentit basculer dans le vide, la porte claqua si fort en se fermant qu’elle sembla sortir de ses gonds, tout devint sombre et il entendit des cris désespérés et sentit des mains qui l’agrippaient. Mr. Lemercier était au comble de la panique, il aperçut des lueurs rougeâtres dans le noir total, et sentit un sol froids et humide sous lui. Tout s’était arrêté, les cris, les mains, et il aperçut une sortie au loin, d’où s’infiltrait la lumière rouge. Il y courut, trébuchant et désemparé, mais arrivé jusqu’au bout, il se rendit compte qu’en bas, c’était un cratère volcanique, où la lave s’écoulait patiemment, dans l’attente d’une victime à consumer. Il recula et se sauva d’une mort certaine in extrémis, juste avant que l’endroit où il se tenait quelques secondes auparavant ne s’écroule. Il se retourna, en sueur, les cheveux ébouriffés, les yeux exorbités, la transpiration perlant sur son front ridé de terreur, son costume hors de prix plein de boue et de poussière. Il ne comprenait plus rien ! L’espace obscur dans lequel il était tombé s’était transformé en un couloir étroit éclairé par des chandelles anciennes. Il y avait une rangée de portes à droite et à gauche, qui semblaient s’étendre indéfiniment. Il devait essayer de s’échapper de cet enfer, mais comment ?...Sa seule chance était d’ouvrir les portes…mais qui sait ce qu’elles lui réservaient ? Il n’avait pas le choix de toute façon :il se dirigea vers la première porte et l’ouvrit prudemment. Des centaines de d’araignées, de serpents et de bêtes immondes voulurent se jeter vers lui, mais il la referma à temps. Une autre porte, vite, il l’ouvrit et un blizzard intense s’engouffra dans le couloir, il voyait une neige épaisse et entendait le souffle du vent, on jurerait que c’était le pôle nord. Désespéré, il referma la porte, ça y est, c’était la fin, il allait mourir, mourir seul, sans personne pour le pleurer et dans un autre monde…toute sa vie, qui lui semblait à présent misérable, défila devant lui…il commençait même à entendre des voix…une femme, la voix d’une femme… « Monsieur, ça va ? Vous êtes tombé sur la tête, j’ai entendu un grand bruit alors que j’étais en bas… vous…vous voulez que j’appelle une ambulance ?


Fin


Je suis prête à recevoir vos commentaires, aussi peu flatteurs soient-ils! Razz
Si vous repérez une faute, d'orthographe, d'expression, ou si vous ne comprenez pas une partie de l'histoire, dites le moi, je veillerai à corriger! Wink

Pour une histoire fantastique c'en est une,bravo Mlle Mii,et bonne continuation.
P.S:j'ai souligné quelques fautes certainement d'inattention sans gravité .

Admin
Admin

Messages : 345
Date d'inscription : 12/03/2009
Localisation : Lot.Mouline.Souissi.Rabat

Voir le profil de l'utilisateur http://assalam.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: jeunes écrivains.....en herbe.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:25


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum